Chapitre 2. L’arrivée de Perry|Histoire du whisky au Japon

L'histoire
L'histoire
スポンサーリンク

1. Samouraï aux yeux bleus

Il est communément admis que la première personne à avoir introduit le whisky au Japon était un samouraï aux yeux bleus nommé William Adams (Anjin Miura).
Toutefois, ces dernières années, à mesure que la recherche sur le whisky et la recherche historique ont progressé, diverses questions ont été soulevées.
Nous aimerions ici démêler la théorie précédemment établie d’Anjin Miura, ainsi qu’une nouvelle théorie proposée par Mamoru Tsuchiya, président de l’Institut de recherche sur la culture du whisky, dans son livre « Japanese Whisky as a Cultivation Effective for Business » (Le whisky japonais en tant que culture efficace pour les affaires).

1-1 William Adams

William Adams, alias Anjin Miura, est né à Gillingham, dans le Kent, au sud-est de l’Angleterre.
Intéressé par la navigation dès son plus jeune âge, il s’engage dans la Royal Navy à l’âge de 24 ans.
Il se marie l’année suivante, a deux enfants et quitte l’armée pour travailler comme capitaine dans une société commerciale londonienne.
Un jour, il apprend par des marins hollandais qu’ils recherchent un navigateur expérimenté pour un voyage de Rotterdam à l’Extrême-Orient, et il se porte volontaire.
Lors de ce voyage, un seul des cinq navires a atteint l’Extrême-Orient.
Deux navires ont été capturés par le Portugal et l’Espagne, et un autre a été perdu.
L’autre navire coule et Guillaume se retrouve avec le seul Liefde à bord…
Le nombre de marins à bord est passé de 110 à 24.
Après avoir échoué sur l’île de Kuroshima, dans la préfecture d’Oita, Guillaume est arrêté et reçoit une audience de Tokugawa Ieyasu.
On pense qu’il aurait offert une bouteille de whisky à Ieyasu au cours de cette audience.
Ieyasu est satisfait des efforts de William en matière de diplomatie et de construction navale. En reconnaissance de ses accomplissements, Ieyasu l’autorise à porter une épée et lui donne le nom d’Anjin Miura.
Malheureusement, il n’a jamais pu fouler le sol de sa ville natale, mais il a eu la chance d’avoir deux enfants.

1-2 Japonais qui ont voyagé en Angleterre et à l’étranger à cette époque en 1598

Lorsque William a quitté l’Angleterre, c’était avant l' »Union personnelle » de l’Écosse et de l’Angleterre sous le même monarque.

Le whisky étant un produit local écossais, il n’a jamais été distribué en Angleterre.
Certains affirment qu’il est peu probable que Guillaume, un Anglais, ait bu du whisky et qu’il ait apporté du whisky, qu’il n’avait jamais bu, d’Écosse aux Pays-Bas, l’ait chargé sur un bateau et l’ait présenté à Tokugawa Ieyasu lorsqu’il a eu une audience avec Tokugawa.
Qu’en est-il de la théorie selon laquelle des Japonais se sont rendus à l’étranger ou ont dérivé sur la côte et ont bu ou apporté du whisky avec eux ?
Deux hommes, « Daikokuya Kodayu » et « John Manjiro », ont écrit dans leurs mémoires.
Tous deux ont laissé leurs mémoires, mais malheureusement, ils n’y mentionnent pas le whisky.
Si c’est le cas, qui, dans la littérature existante, peut clairement être considéré comme le premier à avoir introduit le whisky au Japon ?

2. Visite de Perry au Japon

2-1 Départ du Mississippi

Route des navires noirs Image Source : Centre d’information géographique des Amériques

En novembre 1852, Perry, commandant de l’escadre des Indes orientales, quitte le port américain de Norfolk à bord du Mississippi, un navire de guerre à vapeur qu’il a contribué à construire.
Il traverse l’océan Atlantique et pénètre dans l’océan Indien par l’île de Madère, l’île Sainte-Hélène et le Cap, puis contourne les trois quarts du globe par l’île Maurice, Singapour, Hong Kong et Shanghai, avant d’arriver à Okinawa le 26 mai 1853, pour y construire un dépôt de charbon indispensable et ravitailler les navires et baleiniers américains. Perry arrive à Okinawa.
Il insiste immédiatement pour visiter le château de Shuri.
Il voulait faire entrer ses troupes dans le château royal et utiliser la force pour obtenir un avantage dans les négociations futures.
Il avait déjà négocié en Chine avant de venir dans le royaume des Ryukyu.
Il semble que Perry ait eu les mêmes intentions à l’égard des Japonais qu’à l’égard des Chinois, en déclarant : « Faire appel à la peur peut avoir plus d’avantages que faire appel à l’amitié ».

Le Mississippi (image source : wikipedia)

2-2 Tension dans les îles Ryukyu

Matthew Calbraith Perry (source d’image : wikipedia)

Bien que le gouvernement royal refuse d’autoriser Perry à visiter le château de Shuri, Perry annonce qu’il rendra une visite de courtoisie au château de Shuri le 6 juin, dix jours après son arrivée au port.

Le 6 juin, Perry se rendit au château de Shuri avec environ 200 officiers et fut contraint d’ouvrir les portes.
En réalité, les Ryukyuans avaient mis en place un faux organisme administratif pour éviter tout contact direct avec les hauts fonctionnaires et la famille royale.
En outre, le palais principal du roi a été recouvert d’un tissu pour dissimuler la présence du roi, et de faux fonctionnaires ont organisé une cérémonie d’accueil des invités dans le palais nord, qui servait de maison d’hôtes, pour couvrir l’occasion.
Bien qu’ils n’aient pas pu empêcher les étrangers de visiter le château de Shuri, ce qu’ils n’avaient pas autorisé par le passé, ils ont protégé l’endroit le plus important du château de Shuri, Seiden, ainsi que le roi des Ryukyu et les fonctionnaires dans la partie centrale du château.
Ensuite, le régent du royaume des Ryukyu, Shan Han Hyun, a invité le roi dans sa maison du château et a organisé un banquet.
Ce banquet est décrit dans la « Chronique de l’expédition japonaise du commodore Perry »

« Des baguettes étaient placées sur chaque table, et au centre se trouvait un pot d’argile rempli de saké. (omission) Probablement un cochon. Il y avait des œufs durs de couleur rouge et coupés en fines lamelles, du poisson roulé et frit dans l’huile, des filets de poisson grillés à froid, des tranches de foie de porc, des sucreries, des concombres, de la moutarde, des feuilles de radis salées et du porc maigre effiloché frit, autant d’éléments que les Occidentaux reconnaîtraient. On servait d’abord du thé, puis du saké (awamori), qui avait le goût d’une liqueur française, dans de très petites tasses »

C’est ainsi qu’il est décrit en détail.
Le groupe de Perry a apparemment été satisfait de l’hospitalité des Ryukyuans, déclarant : « En général, la nourriture était bonne et très savoureuse, même meilleure que la nourriture chinoise. »
Ayant atteint son objectif initial de visiter le palais royal, Perry retourna à Ryukyu après avoir arpenté les îles Ogasawara et, cette fois, le 28 juin, il reçut les dignitaires ryukyuans à bord de son navire.
En plus de la soupe de tortue de mer et de la viande de chèvre, du vin, du sherry, du gin, du whisky et d’autres boissons alcoolisées du monde entier ont été servis.
Les « premiers buveurs de whisky au Japon » furent les dignitaires du royaume des Ryukyu.

Écrit par le préposé Shan Han Hyun Image source : Rekishi Magazine

2-3 navires noirs arrivent au Japon

Laissant certains de ses navires aux Ryukyu, Perry prend la mer. La destination est la baie d’Uraga.
Le but de ce voyage est de réaliser l’objectif ultime du Commodore Perry, à savoir ouvrir le Japon au monde extérieur.
Le 8 juillet 1853, Perry arrive dans la baie d’Uraga et demande à recevoir une lettre du président américain Fillmore au Shogun.
Les Japonais, quant à eux, refusent de recevoir la lettre à Uraga, ayant appris l’arrivée des navires noirs par le biais du commerce avec les Pays-Bas l’année précédente, et demandent que la lettre soit envoyée à Nagasaki.
En réponse, Perry rejette la demande japonaise de manière très ferme, comme il l’avait fait lors des négociations avec la Chine et le royaume des Ryukyu, et demande à recevoir les documents à Uraga.
Eizaemon Kayama, un yoriki du bureau du magistrat d’Uraga, est chargé des négociations.
On raconte que Perry voulait négocier avec un homme d’un rang plus élevé, mais Eizaemon savait qu’il ne serait pas pris au sérieux parce qu’il était un yoriki, et il s’est donc fait passer pour un magistrat pour mener les négociations.
La partie japonaise s’est toutefois ralliée à l’idée d’établir une salle de réception à Uraga pour recevoir les lettres d’intention de Perry, qui a toujours gardé une attitude ferme, et de confier la réception de ces lettres à une personne d’un rang approprié.
Le 12 juillet, Perry sert du whisky à bord du Susquehanna pour célébrer la décision de recevoir la lettre à Uraga. Du côté japonais, on trouve Eizaemon Kayama, l’interprète Tatsunosuke Hori et Tokujuro Tateishi, tandis que du côté américain, on trouve le commandant Franklin Buchanan, capitaine du Susquehanna, le commandant Henry A. Adams, chef d’état-major de la flotte, le capitaine Conti, officier d’état-major, avec les interprètes Williams et Portman.
La situation à ce moment-là est la suivante.

« Eizaemon Kayama et son équipage étaient de très bonne humeur et acceptèrent volontiers l’hospitalité offerte par les officiers du Susquehanna.
Ils buvaient et mangeaient librement lorsqu’ils recevaient l’hospitalité de leurs maîtres, et ils appréciaient particulièrement le whisky et l’eau-de-vie qui faisaient partie du festin.
Parmi ceux-ci, les liqueurs étrangères, surtout celles qui sont mélangées à du sucre, semblent être les préférées du magistrat, qui boit chaque goutte de la succulente liqueur en se frappant bruyamment les lèvres.
Les interprètes prirent peu à peu leurs aises dans cet agréable banquet, taquinant le magistrat ivre, riant et disant : « Ton visage est déjà rouge vif », et avertissant Eizaemon de ne pas trop boire.
Ces dignitaires japonais n’ont jamais perdu leur comportement de gentleman et leur apparence raffinée, qui témoignent de leur haute culture, mais ils sont restés sociables et ont conversé ouvertement les uns avec les autres.
Leurs connaissances et leurs informations générales étaient aussi bonnes que leurs manières élégantes et aimables.
Ils parlaient couramment le néerlandais, le chinois et le japonais et n’ignoraient pas les principes généraux de la science et les faits de la géographie mondiale.
Il a tenu un globe devant lui, a attiré son attention sur une carte des États-Unis et a immédiatement pointé Washington et New York.
Comme s’ils savaient tout ce qu’il y avait à savoir sur le fait que l’une était la capitale de notre pays et l’autre le centre du commerce.
Ils n’hésitèrent pas non plus à désigner l’Angleterre, la France, le Danemark et d’autres royaumes européens » (Expédition de la flotte de Perry au Japon, supra p. 545-546)

Perry tel que représenté dans une estampe japonaise, vers 1854 (source d’image : wikipedia)

Par la suite, Eizaemon Kayama est félicité par Perry pour son comportement brillant et prend plusieurs repas avec lui.
Eizaemon jouit d’une telle confiance de la part de Perry que ce dernier lui demande d’être son point de contact lorsqu’il retournera au Japon.
Deux jours plus tard, le 14 juillet de la même année, Eizaemon débarque à Kurihama, désigné par le shogunat, et remet une lettre d’invitation du président Fillmore au magistrat d’Uraga Toda Ujiyoshi et à Ido Hiromichi, également magistrat d’Uraga.
Après avoir examiné la baie pendant quelques jours, le shogunat lui demanda d’attendre l’année suivante, ce à quoi il répondit qu’il attendrait le printemps prochain pour se procurer de la nourriture et répondre aux autres besoins de la flotte.
Environ six mois plus tard, le 8 février 1854, la flotte de Perry arriva à nouveau.
Le Shogunat et la flotte de Perry ont négocié un lieu de rencontre pour conclure un traité d’amitié entre le Japon et les États-Unis, et le 25 février, ils ont décidé d’établir une salle de réception à Yokohama pour commencer les négociations.
La salle de réception de Yokohama est achevée le 6 mars et la flotte de Perry y débarque le 8 mars.
Après près d’un mois de négociations, un projet de traité est finalisé.
Le 27 mars, avant la signature du traité le 31 mars, une beuverie est organisée sur le navire amiral Pawhatan à l’invitation de Perry.
C’est à cette occasion que l’archiviste américain écrit :

« Les officiels japonais étaient particulièrement attachés à John Barleycorn, qui fourra un jambon dans son kimono et quitta le navire, ivre et le visage rouge »
L’année suivante, le 31 mars 1854, le traité de paix et d’amitié entre le Japon et les États-Unis a été signé, et les sons de la civilisation et de l’illumination ont commencé à se faire entendre.

3. Discussion sur le whisky apporté par Perry

On dit que Perry a apporté du whisky écossais et du whisky de seigle américain.
Cependant, la marque du whisky n’est pas clairement connue, mais il y a une discussion dans le livre de Tsuchiya, que j’aimerais présenter.
Tsuchiya affirme que le whisky apporté par Perry était le « Smith’s Glenlivet » mentionné au chapitre 1.
La raison en est qu’en 1852, lorsque Perry a quitté le port militaire de Norfolk, il n’existait pas de blended whisky fabriqué en mélangeant du whisky de malt et du whisky de grain.
Le blended whisky n’a été produit qu’à partir de 1860.
Dans ce cas, comment le capitaine américain Perry a-t-il pu apporter du scotch, la liqueur locale de l’Écosse ?

3-1 Jardine Matheson Trading Company

Fondée en 1832 par les Écossais Williams Jardine et James Matheson, cette société commerciale a réalisé d’importants bénéfices grâce à l’achat de thé et de soie brute et au commerce de l’opium. Elle possédait des succursales à Hong Kong, à Shanghai et dans d’autres pays asiatiques.
Thomas Glover, célèbre pour la Glover House à Nagasaki, était un employé de cette société.
Il est fort probable que la Jardine Matheson Trading Company, qui avait également des succursales à Hong Kong, ait distribué du scotch dans toutes ses succursales.
Il est fort possible que Perry ait acheté du « Smith’s Glenlivet », très populaire en Écosse à l’époque, à ce moment de son séjour à Hong Kong, alors qu’il était en route pour le Japon, et qu’il pouvait se procurer du scotch.
Jardine Matheson & Co. a toujours son siège à Hong Kong, et est classée 301e au monde dans le « Fortune Global 500 » (édition 2020), un classement des 500 plus grandes entreprises du monde.
Même 190 ans après sa création, elle reste influente en tant que l’un des plus grands conglomérats internationaux basés en Asie.

3-2 Le whisky indépendant

Quelle est la prochaine marque de whisky américain que Perry a apportée avec lui ?
Les États-Unis sont connus pour leur bourbon, mais les principales régions de production, le Kentucky et le Tennessee, n’en produisaient pas encore suffisamment à l’époque, et il est donc peu probable qu’il ait été embarqué sur le navire de Perry.
Le port militaire de Norfolk d’où est parti le navire de Perry, le Mississippi, se trouvait en Virginie, et le whisky produit dans cette région était similaire au whisky de seigle actuel.
Perry a peut-être chargé ce whisky de seigle à bord.
Une autre possibilité est qu’il s’agisse de « Michter’s« , un whisky fondé en 1753 que le premier président des États-Unis, George Washington, buvait pour se réchauffer avec ses soldats à la base de Valley Forge lorsqu’il était général pendant la guerre d’Indépendance.
le « Jour de l’Indépendance » a toujours été un jour spécial pour les États-Unis, et s’il s’agissait du whisky préféré de George Washington, il ne fait aucun doute que le Commodore Perry l’a peut-être embarqué sur son navire.

3-3 John Barleycorn

Dans la dernière entrée de son journal, Perry écrit que « les officiels japonais aimaient beaucoup John Burleycorn…. »
John Barleycorn est un personnage d’une chanson folklorique anglaise et le titre de la chanson.
Il personnifie l’orge, une céréale importante, ainsi que la bière et le whisky, les boissons alcoolisées fabriquées à partir de cette céréale.
Les paroles de la chanson décrivent comment l’orge est plantée, récoltée et transformée en boisson alcoolisée. Il existe de nombreuses versions différentes de la chanson, y compris des versions pour la bière, le whisky et, pour une raison inconnue, le brandy, qui sont encore chantées par des musiciens célèbres aujourd’hui.

Trois hommes sont venus de l’Ouest
Leurs fortunes pour essayer,
Et ces trois hommes firent un vœu solennel :
John Barleycorn devait mourir.
Ils ont labouré, semé, hersé,
Ont jeté des mottes sur sa tête.
Et ces trois hommes firent un vœu solennel :
John Barleycorn était mort.

Ils le laissèrent reposer très longtemps
Jusqu’à ce que la pluie tombe du ciel,
Et le petit Sir John releva la tête
Et les émerveilla tous.
Ils le laissèrent debout jusqu’à la Saint-Jean
Et il devint à la fois pâle et maigre.
Puis le petit Sir John s’est laissé pousser une longue barbe
Et devint un homme.

Ils engagèrent des hommes avec des faux si tranchantes
Pour lui couper le genou
Et le pauvre petit Johnny Barleycorn
Ils l’ont servi de la façon la plus barbare.
Ils ont engagé des hommes avec des fourches acérées
Pour le transpercer jusqu’au cœur
Et le chargeur, il l’a servi pire que ça
Car il l’a attaché à la charrette.

Ils l’ont fait rouler tout autour du champ
Un prisonnier à endurer,
Et dans la grange, le pauvre Barleycorn
Ils l’ont allongé sur le sol.
Ils ont embauché des hommes avec des bâtons de crabier
Pour couper sa peau de l’os
Et le meunier, il l’a servi pire que ça
Car il l’a broyé entre deux pierres.

Voici le petit Sir John dans l’écuelle brun-noisette
Et voici le whisky dans le verre
Et le petit Sir John dans le bol brun-noisette
L’homme le plus fort est enfin prouvé
Le chasseur, lui, ne peut chasser le renard
Ni souffler si fort dans sa corne
Et le rétameur, il ne peut réparer ni bouilloires ni marmites
Sans un peu d’orge.

 

Dans ces paroles, il chante qu’il ne peut travailler ou faire quoi que ce soit sans whisky.
C’est vraiment la chanson d’un amateur de whisky.

~L’histoire du whisky au Japon~

Chapitre 1. La naissance du whis...
Les épisodes de la naissance du whisky, qui font l'objet de nombreuses théories, sont compilés et mis en parallèle avec l'histoire du Japon. Cette page résume l'histoire du premier blended whisky, communément appelé Smith's Glenlivet, depuis 3500 avant J.-C. jusqu'au lancement du Ashers Old Vatted Glenlivet.
Chapitre 2. L'arrivée de Perry|H...
Le deuxième chapitre de l'histoire du whisky s'intéresse à ce que le commodore Matthew Calbraith Perry a apporté au Japon. Qui sont les premiers Japonais à avoir goûté du whisky ? Les samouraïs japonais aimaient-ils le whisky ? La littérature est résumée sous différents angles : historique, économique et mode de vie.
Chapitre 3. Début des importatio...
Après l'arrivée de Perry, la culture étrangère a commencé à affluer immédiatement, et le premier hôtel et le premier bar du Japon ont fait partie des installations commerciales construites à Yokohama. Le premier barman du Japon, le premier whisky importé, le whisky tel qu'il apparaît dans la caricature de Wagman Japan Punch. La vérité sur le whisky rapportée par Iwakura Tomomi. L'histoire du whisky au Japon.
CHAPITRE 4. Shinjiro Torii Parti...
Histoire du whisky japonais "Chapitre 4" La vie de Shinjiro Torii, le créateur du premier whisky japonais. De son enfance à la création de Torii Shoten en 1899, en passant par la transformation en Kotobukiya Yo-shuuten en 1906. L'histoire du whisky en plus de 10 000 mots, y compris le modèle actuel du porto red ball.
Chapitre 4. Shinjiro Torii Parti...
ジャパニーズウイスキーの歴史。第四章、鳥井信治郎その2(前編)では、竹鶴政孝入社から山崎蒸溜所の完成、傑作オールドや遺作となったローヤルまで日本のウイスキー文化普及にその身を捧げた鳥井信治郎の人生に迫る。
第四章.鳥井信治郎その2(後編)|日本のウイスキーの歴史
ジャパニーズウイスキーの歴史「第四章」、鳥井信治郎その2(後編)では、2代目の佐治敬三の生い立ちからサントリー入社。「だるま」の愛称で人気商品となったサントリーオールドの開発から発売、更にサントリーローヤルの発売と、鳥井信治郎と佐治敬三の人生に迫る。
第五章 岩井喜一郎(執筆予定)
第六章 竹鶴政孝(執筆予定)
第七章 戦前~戦後(執筆予定)
第八章 高度成長期~現在(執筆予定)
この記事を書いた人
Ryuhei Oishi

né à Hokkaido. Barman au bar Shinkai Toranomon,
A travaillé dans un restaurant à Tokyo et s'est qualifié comme sommelier auprès de l'Association des sommeliers du Japon.
Il s'est intéressé au whisky japonais, qu'il connaissait peu, et a commencé à travailler au bar Shinkai. Elle a rejoint la JWD afin de visiter des distilleries, de parler aux personnes qui fabriquent le whisky et de transmettre leur passion et leurs informations en tant que barmaid.

Ryuhei Oishiをフォローする
スポンサーリンク
シェアする
タイトルとURLをコピーしました